Bulletin de nouvelles en recherche et prevention sur l’obesite: 3 oct

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

 par Paul Boisvert, PhD, PEC (CSPE), kinesiologue (FKQ)
Docteur en sciences de l’activité physique (PhD), Kinésiologue, Expert-analyste sur l’obésité, la nutrition et l’activité physique
Coordonnateur de la Chaire de recherche sur l’obésité de l’Université Laval
www.paulboisvert.qc.ca

Archives : Bulletin de nouvelles en recherche et prevention sur l’obesite:  19 sept 2011

Communiqué : Première chaire de recherche en chirurgie bariatrique et métabolique au Canada à l’Université Laval  et  Chaire de recherche consacrée à l’obésité morbide au CRIUCPQ de Québec Radio-Canada 19 sept
L’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, l’Hôpital Laval, inaugure la première chaire de recherche en chirurgie bariatrique au pays.  Elle aura pour mission de suivre l’état nutritionnel des patients qui subissent une chirurgie bariatrique, qui vise à réduire la capacité gastrique. Les chercheurs suivront aussi l’état de santé des quelque 6000 personnes en attente de chirurgie au Québec.
International Symposium 2010 Bariatric/Metabolic Surgery: How it influences energy balance regulation
IJO 
Sep 2011; 35 (Supplement 3s) S1 – S49

Des lunchs passés au peigne fin à l’Ecole de Rochebelle de Québec par l’équipe de la Chaire sur l’obesite 29 sept
Depuis quatre ans, Paul Boisvert, Natalie Alméras et Maggie Vallières, de la Chaire de recherche sur l’obésité, analysent ponctuellement le contenu des boîtes à lunch d’élèves de l’école secondaire De Rochebelle. «De concert avec l’école, nous avons instauré un programme d’information, appelé Défi 4×4, destiné aux élèves et à leurs parents, sur ce que devrait contenir un bon lunch et nous évaluons l’efficacité de cette intervention», explique Paul Boisvert. Un lunch santé doit contenir une portion de légumes ainsi que des éléments appartenant à au moins trois des quatre grands groupes alimentaires (fruits et légumes, produits céréaliers, lait et substituts, viande et substituts).

Nouvelle chaire de recherche sur le diabète – Université de Sherbrooke  30 sept
Grâce à un partenariat entre la société GlaxoSmithKline Inc. (GSK), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et l’Université de Sherbrooke, le professeur André Carpentier, du Service d’endocrinologie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, devient ainsi le titulaire de la Chaire IRSC-GSK sur le diabète. Par des recherches fondamentales et cliniques, il étudiera spécifiquement le rôle des gras alimentaires dans le déclenchement et le développement de la maladie. « Différents mécanismes physiopathologiques sont à l’origine de la maladie, explique le professeur Carpentier. Je m’intéresse particulièrement à la lipotoxicité, c’est-à-dire la mauvaise gestion du gras au niveau des tissus maigres.


 Épidémiologie                                                  
Les Canadiens consomment en moyenne 110 g de sucre chaque jour 21 sept
En moyenne, les Canadiens consomment 110 grammes de sucre par jour, soit environ 26 cuillères à thé. Cet apport compte pour 21 % de leurs calories quotidiennes. L’étude indique que 31 % du sucre consommé était issu de légumes et de fruits, mais 35 % venait plutôt de la catégorie «autres» – friandises, boissons gazeuses et chocolat. Les autorités sanitaires américaines soutiennent que pas plus de 25 % de l’apport en sucre devrait venir de sucre ajouté artificiellement. Par ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé fixe à 10 pour cent la part de calories obtenue à partir de sucres ou de sirops.


 Étiologie – Déterminants                                
L’obésité aurait des origines partiellement génétiques  20 sept
Les facteurs environnementaux sont l’un des principaux facteurs expliquant la recrudescence de l’obésité dans les pays riches. Toutefois « les différences dans la manière dont les personnes répondent à ces facteurs sont souvent d’ordre génétique ».
Prévention précoce de l’obésité : le biberon mis en cause 28 Sept
lien entre l’utilisation du biberon jusqu’à 2 ans et l’obésité infantile à 5 ans et demi.
Les causes méconnues du gain de poids
le manque de sommeil, le travail mental, le manque de calcium, les polluants organochlorés

 Complications                                                   
Régime riche en sel et obésité augmentent les risques de problèmes cardiaques et rénaux déjà existant: 20  sept
un régime alimentaire riche en sel et obésitédéclenchaient conjointement l’activation anormale d´une protéine cellulaire appelée Rac1. Quand des rats obèses ont été soumis à ce régime salé, la Rac1 activait le récepteur des minéralocorticoïdes dans les cellules rénales du rat qui a pour action de réguler l’ équilibre hydro-sodé des organismes.

 
Traitement – Prise en charge – Témoignages
Dormir davantage a une influence positive sur le contrôle du poids ULaval 15 sept
En effet, les petits dormeurs qui retrouvent un sommeil normal sont moins enclins à prendre du poids au fil des ans, démontrent les travaux menés par l’étudiant-chercheur Jean-Philippe Chaput (maintenant professeur à l’Université d’Ottawa), Jean-Pierre Després et Angelo Tremblay, de la Faculté de médecine
Fécondation in vitro: refuser les traitements aux obèses dont l’IMC est supérieur à 35? Cyberpresse  22 sept
Des médecins canadiens envisagent d’interdire les traitements de fécondation in vitro aux femmes obèses, prétextant que les risques de complications médicales sont trop élevés. Une situation totalement inacceptable, selon différents intervenants québécois.
La chirurgie pour lutter contre l’obésité, rentable quel que soit le degré d’obésité  sept
la chirurgie bariatrique dont le but est de perdre du poids (pose d’anneau gastrique ou opération by-pass) est non seulement rentable pour traiter les personnes qui sont massivement obèses dont l’indice de masse corporelle est supérieur ou égal à 40 mais aussi ceux qui sont modérément obèses (IMC= 30). Grâce à la chirurgie, les patients sont alors plus susceptibles de perdre du poids au fil du temps et ont moins de problèmes médicaux liés à leur poids. En plus d’être rentable, la chirurgie bariatrique réduit réellement les soins de santé pour les patients les plus gravement obèses ayant aussi des maladies liées à leur poids comme le diabète, les maladies cardiaques et l’hypertension artérielle.
Surpoids : mise en garde sur un risque d’hépatotoxicité avec Alli et Xenical 27 sept
Plusieurs cas graves d’atteintes hépatiques ont été rapportés chez des patients traités par orlistat ayant conduit dans certains cas à une transplantation hépatique voir au décès du patient. Le lien de causalité avec l’orlistat reste difficile à établir.

 
Prévention – PolitiquE                                   
Réconcilier l’industrie bioalimentaire et les consommateurs : Saisir l’opportunité de contribuer à la saine alimentation, à la santé et au bien-être des Québécois 21 sept Lire aussi sur Cyberpresse le texte de Marie Allard
Mémoire de la Coalition Poids portant sur le livre vert pour une politique bioalimentaire : Donner le goût du Québec.   L’objectif était de démontrer la faisabilité d’actions concrètes pouvant permettre au gouvernement et aux Québécois de saisir cette opportunité de construire un système bioalimentaire qui contribue au plaisir de s’alimenter sainement et à la santé des citoyens.

OMS |
Maladies non transmissibles: un fléau pour la santé, mais aussi pour l’économie 20 sept
Nous plaidons pour changer les modes de vie et pour une stricte réglementation du tabac. Mais, par leur seule action, les ministères de la santé ne peuvent pas réorganiser les sociétés de manière à protéger des populations entières contre les risques bien connus et facilement modifiables qui entraînent ces maladies. Pourtant, c’est ce qu’il faut faire.
Assemblée de l’OMS: il faut promouvoir des modes de vie plus sains pour faire face aux maladies non transmissibles 20 sept
Au cours des débats, l’accent a été d’abord mis sur l’importance de la surveillance et de l’adoption de mesures préventives.  « Il faut de toute évidence investir dans la prévention, en tant qu’élément du développement économique durable », ont  ainsi insisté des participants.
La taxe sodas en France pourrait tripler par rapport à son montant initial ! 20 sept
Les taxes pour lutter contre l’obésité prennent de l’essor: en Écosse et en Irlande après la France et la Hongrie  28 sept
Taxe sur les boissons sucrées : l’obésité en cannettes ?  29 sept
La consommation quotidienne d’une ou de plusieurs boissons sucrées accroit de 27% la probabilité de devenir obèse. Inversement, une baisse significative de poids est constatée dès qu’il y a réduction de cette consommation. Encore faut-il que la taxe soit suffisamment élevée pour avoir un effet dissuasif. Il aura suffi d’une augmentation du prix des boissons gazeuses de 35% à Boston (Etats-Unis) pour faire chuter les ventes de 26%.
La Coalition Poids précise sa proposition visant une redevance sur les boissons gazeuses et énergisantes. 19 sept En imposant une taxe, nous contribuerons à dénormaliser la consommation de ces boissons et à démontrer leur impact néfaste pour la santé. Qui plus est, nous nous réjouirons aussi que cette nouvelle source de financement contribue à favoriser l’adoption de saines habitudes de vie chez nos jeunes.

 Enfants                                                            
Éducation : Investissement pour des habitudes de vie saines à l’école | Alberta | Radio-Canada.ca 25 sept
Le programme des écoles APPLE profitera ainsi à une quarantaine d’établissements d’Edmonton et du nord de la province. Des fruits, des légumes, de l’exercice, mais surtout des choix intelligents : voilà ce que prône le projet.

Le programme « Epode » devient « Vif » Vivons en Forme – Impact-sante.fr 28 sept
Sur le terrain les actions du programme Epode ciblent de plus en plus les populations défavorisées. Pour formaliser cette tendance au niveau national, il change de nom. Ensemble Prévenons l’Obésité des Enfants devient Vivons en Forme (Vif). Une manière de ne plus stigmatiser les enfants obèses et en surpoids.
Obésité infantile: bien choisir ses mots afin de ne pas le culpabiliser  29 sept
Une étude américaine conseille de choisir attentivement le vocabulaire que l’on utilise pour faire référence au surpoids d’un enfant afin de ne pas le culpabiliser, en évitant par exemple les termes «potelé», «lourd» et «obèse» et de préférer une expression plus neutre. Des expressions telles que «IMC élevé», «problème de poids» et «en surpoids» leur semblaient moins culpabilisantes et donc plus appropriées.

 Nutrition – Régimes                                        
S’inscrire pour recevoir mensuellement par courriel le bulletin complet de nouvelles dédiées à l’activité physique et à la nutrition 
Tout le monde à table: Publication de la grande étude sur les comportements alimentaires des familles au Québec21 sept Le diagnostic est posé : le défi de la planification, notamment en raison de la difficile conciliation travail-famille, a un impact sur les comportements alimentaires des familles québécoises. Près de la moitié (44 %) des parents ne savent pas, à 17 h, ce qu’ils mangeront pour le souper et ce, 3 fois et plus par semaine.

Le programme « Choisir de maigrir? » : pour femmes seulement?  21 sept
Fort de son succès, le programme Choisir de Maigrir est offert gratuitement mais à une clientèle restreinte pour la quatrième année dans certains Centre de santé et des services sociaux du Québec. «C’est qu’il a été bâti spécifiquement pour les femmes; il s’agit d’un programme de 45 heures qui demande une grande implication personnelle. …Et les hommes ne sont pas encore rendus là dans leur cheminement!!!», explique Caroline Trudeau de l’organisme Équilibre.

Activité physique – Sédentarité                     
S’inscrire pour recevoir mensuellement par courriel le bulletin complet de nouvelles dédiées à l’activité physique et à la nutrition 
Décès au marathon de Montréal: l’homme était un athlète La Presse  Entrevue Nouvelles TVA26 sept

Comportement – Consommation                    
Résultats de l’étude sur les comportements alimentaires des familles québécoises TLMAT2001 Blogue de Paul Boisvert 20 sept
Après plusieurs mois de tournée au Québec, les nutritionnistes d’Extenso, le Centre de référence en nutrition de l’Université de Montréal, ont dressé un portrait des comportements alimentaires et des défis rencontrés lors de la planification, de la préparation et du partage des repas des jeunes familles du Québec. Le cœur du problème : la planification des repas

VIDEO: Facteurs conditionnant nos choix alimentaires avec Véronique Provencher 30 sept

Les Français cuisinent-ils?28 sept
Plus de 8 Français sur 10 affirment cuisiner parfois ou souvent… Surtout les Femmes (65 % Vs 38 %)
Les femmes s’inquiètent de calories et d’apparence et de chirurgie plastique; mais les hommes ont commencé à les suivre… 28 sept
Les hommes prennent des cours de spinning en train de brûler les calories. Les voici chez l’esthéticienne en train de se faire épiler. On leur offre des chocolats et ils les refusent en prononçant le mot «calories». Même les garçons commencent de plus en plus jeunes à se soucier de leurs biceps, de leurs abdos et de leur tour de taille.

Industrie – Marketing                           
Nutella s’associe à une nutritionniste dans une publicité. Qu’en pensez-vous? Marie Allard:  23 sept
Le glaçage à gâteau plus sain que le Nutella! (2e partie) Marie Allard

Sodas : l’agroalimentaire s’active contre une « taxe nutritionnelle » en France – Boissons  23 sept
Le combat politique est lancé! Premier revers : Humiliation de Coca-Cola qui tente maladroitement de faire du chantage.

_________________________________________________
Paul Boisvert, PhD, docteur en kinésiologie
Coach Minceur en perte de poids santé
Expert-analyste sur l’obésité, la saine alimentation et l’activité physique
http://coachpoidssante.ca
Suivez-moi sur
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinyoutubetumblrinstagramflickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *