Le marketing behavioural pour promouvoir la bouffe santé à l’école

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

À l’école secondaire De Rochebelle, à Sainte-Foy, j’ai proposé et initié en 2004, à la demande du directeur,  un projet de virage santé  qui a consisté à constituer le Comité Action Santé, à rédiger une politique alimentaire, à modifier progressivement l’environnement alimentaire (machines distributrices d’aliments et de boissons, menu et fonctionnement de la cafétéria) et à élaborer une campagne d’éducation et de sensibilisation auprès des élèves, du personnel et des parents. A ma demande, le matériel éducatif est maintenant mis à la disposition des autres écoles sur le site internet du Comité Action Santé.


Pour que tous ces changements environnementaux et éducatifs puissent avoir un impact durable, il fallait aller plus loin. J’ai alors suggéré en juin 2007 au Comité Action Santé de poursuivre ce projet avec un volet de changement des comportements. Dans un premier temps, à l’aide de l’obtention d’une subvention du Centre de recherche sur la Prévention de l’Obésité (CRPO) de la Fondation Chagnon, nous avons analysé en 2008 l’attitude et les habitudes des élèves à l’égard du repas du midi. 

 Il est ressorti de cette étude que entre 25 et 40 % des élèves s’aventurent hors de l’école au moins une fois tous les dix jours à l’heure du lunch. Les réponses fournies par les élèves ont mis en lumière certains obstacles relatifs au milieu physique de l’école ainsi qu’au sentiment de compétence personnelle dans la préparation des lunchs

Les résultats d’enquête du projet « Diner à l’école » mènent à travailler en 2009-2010 sur l’amélioration de l’aménagement extérieur et intérieur des endroits pour manger (ajout de tables et de chaises à la cafétéria, augmentation du nombre de fours micro-ondes, réduction du temps d’attente pour être servi à la cafétéria), sur l’attrait des activités de l’école à l’heure du midi, sur des interventions éducatives pour promouvoir le comportement de rester à l’école pour dîner. 

Par ailleurs, plusieurs petits gestes ont ainsi été tentés pour inciter les jeunes à mieux s’alimenter à la cafétéria. Certains s’approchent de l’économie behaviorale. On pense ici au comptoir à sous-marins qui donne accès à une caisse rapide, aux promotions sur des produits vedettes (clémentines, smoothies, pain aux canneberges), au panier de fruits près de la caisse, aux nouvelles salades plus attrayantes ajoutées au bar à salades. La disposition des aliments a notamment été repensée. Il y a moyen d’augmenter considérablement les ventes de produits santé dans les cafétérias scolaires en changeant simplement l’emplacement des bons et des mauvais choix alimentaires et en empruntant aux techniques de marketing utilisées dans les supermarchés pour rendre les bons choix plus attrayant.

Stratégies santé implantées à L’École secondaire de Rochebelle par la Chaire de recherche sur l’obésité
-concours de recettes santé
-noms de menus attrayants (pizza au poulet, riz à l’indienne,  sauté de poulet à la thai, pain de lentilles sauce napolitaine)
-vente subventionnée et publicisée d’aliments vedettes (clémentine, pain aux canneberges, smoothie)
-atelier de cuisine et de découverte du goût
-bar à salade avec caisse express
-sandwicherie personnalisée
-panier de fruits près de la caisse
-placer le lait au chocolat derrière le lait régulier
-2e ligne de service
-ajout de micro-onde
-le menu du jour exclut les boissons sucrées
_________________________________________________
Paul Boisvert, PhD, docteur en kinésiologie
Coach Minceur en perte de poids santé
Expert-analyste sur l’obésité, la saine alimentation et l’activité physique
http://coachpoidssante.ca
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinyoutubetumblrinstagramflickr